uïïun  94, 

sinyur  2005

(Février  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Timsirin zg arbaï… maca di takufäa d tlkkawt n yiman

Tamawayt

Amerwas amaynu

Akud n izeggilen

Ahersvi, asusem

Akabar n ileghman

Afellah

Tghil d

Capdat kul

Di acal nnem

Tiwirga g wakud abrran

Français

Du complexe au mythe

Da la standardisation de l'amazigh

L'issue de la laïcité

Lorsque imazighen créaient les royaumes heureux

A la mémoire de la radio amazighe

La pensée arabe

Hymne à un nom

Ilallene: essai d'histoire

العربية

التفسير الجنسي للكوارث الطبيعية

دروس من الرباط، في الاستلاب واحتقار الذات

نهاية التكافؤ الاجتماعيي

الكذب الرسمي والتزوير الحكومي

عيد السنة الأمازيغية: مناسبة للتأمل ومراجعة الحصيلة

ليته بخط حزب الاستقلال

الاشتقاق في اللغة الأمازيغية

تيفاوين أ تامازيغت: مقاربة تحليلية

الأمازيغية وسؤال التنمية

لماذا يريد المسؤولون أن نصبح مرتزقة للغير؟

مدينة ورزازات تزرع ومدن أخرى تحصد

انطباعات

الإعلان العالمي للشعوب الأصلية: متى؟

المؤتمر الليبي للأمازيغية

تقرير حول إنجاز معايير جديدة لتيفيناغ

شكر على تعاز

جمعية اتحاد المرس تحتفل

جمعية سلوان تجدد مكتبها

بلاغ الجمعيات الأمازيغية المستقلة

 

A la mémoire de la radio Amazighe.
Par: Oulghazi Hsaine.

La radio amazighe a-t-elle le droit à l’existence? Le 22.02.2004 on désapprouve le 2ème anniversaire de sa disparition dans la ville amazighe d’Agadir, en ce moment où en entend l’inauguration d’autres stations qui couvrent le territoire national.
Nos responsables prennent l’initiative de lancer des stations en bande «FM» (modulation de fréquence) pour diffuser les divers programmes en langue arabe. On écoute, à ce jour, les stations de radio diffusion Rabat en arabe et en français, la radio Mohammed VI du coran, la radio Médi1, la radio 2M et la radio Sawa. Hormis la radio Mohammed VI, ces moyens médiatiques sont exclusivement écoutés en langues orientales et occidentales en l’absence de notre langue nationale Tamazight. Pour l’écouter, il faut aiguiller le poste radio en bande «AM» (modulation d’amplitude) très sensible aux parasites, et ce, entre 20h00 et 24h00, soit quatre heures d’émissions inintelligibles en tamazight ayant une vocation locale (Sud marocain) en l’absence du centre et du nord du pays comme elle était avant sa disparition. Les programmes ayant trait à l’identité ou à la culture amazighes semblent être émis en mode crypté, on ne capte qu’un bruit assourdi accompagné d’une voix enrouée. Néanmoins, il faut éteindre la veilleuse et implorer les voisins à arrêter leur poste de télévision et tous les appareils susceptibles de générer des parasites fidèlement reçus par ce poste radio «AM». Voilà donc la qualité de brouillage qu’ils ont voulu réserver aux programmes diffusés par la radio amazighe!
Si on déplore aujourd’hui la disparition définitive de la radio amazighe, le seul espace de communication avec les familles enclavées, nos responsables ont pris l’initiative de créer la station satellitaire de la télévision en langue arabe baptisée: «Almaghribia» destinée à arabiser les marocains de la diaspora! Ils ont lancé la station de télévision régionale de Laâyoune qu’ils jugent d’une expérience qui affirme, une fois de plus, la volonté d’aller de l’avant sur la voie de l’édification d’un pays fier de ses régions, de sa diversité et de sa richesse! C’est parfait. Mais comment édifier un pays fier de sa diversité si on isole l’affluent primordial de la culture de ce même pays? Comment être fier de ses régions alors que les régions amazighophones sont souvent enclavées et soumises au pouvoir central? N’est-t-il pas une contradiction flagrante?
Si on se base sur des critères politiques, démocratiques et surtout dans le cadre du devoir national, on doit répondre aux revendications légales de Tamazight. Du fait qu’Imazighen contribuent au financement de tous les moyens médiatiques nationaux et défendent l’indépendance et l’intégrité territoriale du pays. Pour éviter d’assumer la responsabilité d’avoir exproprié le peuple du droit légitime, le lancement d’une station émettrice fiable en bande «FM» pouvant couvrir tout le territoire national 24h/24 en langue tamazight est l’une des revendications légales et urgente vivement préconisée.
Il faut le dire, l’Etat est directement responsable, il possède tous les moyens adéquats pour combattre ces fléaux «racisme, discrimination, injustice, sous-développement et toute dérive extrémiste des jeunes». Il faut se réconcilier une fois pour toute avec la vraie identité de l’Afrique du nor : l’AMAZIGHITE. Il faut renoncer au suivisme aveugle du Machrik bâatististe et il faut que nos écoles inculquent aux jeunes les vraies valeurs amazighes qui nous appartiennent tous.
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.