uïïun  95, 

krayur  2005

(Mars  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

ufuv n sa (7) n imaslaän zg usqqamu n tdblt n

Tamcunt d wemcum

Agellid Cacnaq

Tadvsva

Azerf inu

Français

L'histoire de la résistance

L'ircam s'enlise ou cautionne?

Une vision du monde nauséabond

A ceux du livre

La laïcité

Aseggas amaynu à Boumal

L'association Afraks

Yennayer 2955

La fête d'Agraw à Tiznit

العربية

انسحاب سبعة أعضاء من مجلس الإدارة

لا ألهة بدون قرابين

محمد شفيق

المشرق يطلّق المغرب

الكتابة كموضوع للصراع

غياب المرأة والكتابة

استيقاظ الوعي بالهوية

الأمازيغية وضرورة فضح المواقف

بين رمزية الاحتفال وتقويم الذات

الاشتقاق في اللغة الأمازيغية

دراسات أنتروبولوجية

بويلماون

حفل إدرزان

إعلان الريف

في ضيافة كتاب عودة المختلف

الزموريون

مسابقة أس نغ

بيان بمناسبة رأس السنة الأمازيغية

الحركة التلاميذية بدادس

جمعية تانوكرا تحتفل

جمعية تاماينوت بإفني

تعزية

 

L’IRCAM s’enlise ou cautionne?
 Par: un Militant Amazigh très inquiet

Mauvaise gestion, procédures administratives lentes et complexes, aucune diffusion des travaux de l’IRCAM sur le marché, bricolage au niveau de l’enseignement, des médias et de la communication en général.
Au niveau des médias, un reportage sur notre grand militant poète disparu a été concocté par les responsables de l’IRCAM en collaboration avec la TV1.
Une honte! Les poèmes d’Azayku ont été traduits et lus en arabe et des personnes qui ne connaissent ni de près ni de loin le poète (Moulay Smaïl El Alaoui, Akudad) ou dont l’organisme - l’union des écrivains du Maroc - a toujours marginalisé la culture Amazighe (Nejmi), ont été conviés à cette émission.
 Quant à l’enseignement, c’est l’enlisement total!
Pas de manuels sur le marché sur tout le territoire marocain, donc les enfants travaillent sans manuel  cela fait deux ans!
Formation des enseignants en 3 jours seulement, donc pas de véritable formation! De qui se moque-t-on?
La moitié seulement des écoles prévues pour l’enseignement de l’Amazigh assure les cours de l’Amazigh, donc aucun respect du calendrier annoncé au départ par le Ministère et l’IRCAM.
Des dizaines d’enseignants arabophones sont choisis pour enseigner l’Amazigh, contrairement aux normes stipulées au départ, donc boycott et bâtons dans les roues pour faire échouer l’intégration de l’Amazigh dans l’enseignement.
 Que fait l’IRCAM? Cautionne-t-il cette mascarade ou n’a-t-il aucun pouvoir face au complot des partis arabo-islamistes au pouvoir?
Tout porte à croire que le manque de volonté politique et la paranoïa de ces responsables, a fait de l’IRCAM une institution sclérosée dont les principes s‘éloignent de plus en plus du mouvement Amazigh dont elle se dit issue.
Assiste-t-on à une répétition d’une scène déjà tournée en Algérie?
Qui croit-on tromper?
Quel rôle est joué par les membres du Conseil d’Administration qui se contentent de siéger 3 fois par an et ne font aucun suivi des dossiers?
Quelques uns des plus intègres de ces membres parlent déjà d’une possibilité de démissionner si l’IRCAM, muselé de par son statut royal, cautionne  cette grande mascarade.
Le grand rêve de certains d’entre eux est-il donc en train de s’écrouler?

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.