uïïun  97, 

smyur  2005

(Mai  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

abrir n "tsrtit" tabarbarit tamaynut

Agerram n umadval

Tafsut n imazighen

Akud n izeggilen

Anzgum n Tamazgha

A tamurt

Français

Les surréalistes et la guerre du Rif

La femme dans la société amazighe

La bêtise de "Zapatero"

Promotion de la femme et écotourisme

La détresse du mont Baddou

4éme congrès du CMA à Nador

العربية

فشل السياسة البربرية الجديدة

الدفاع عن الأمازيغية بين الحق والواجب

الأستاذ بوكوس ودسترة الأمازيغية

الطفل الأمازيغي وصراع الثقافات

المثقف الأمازيغي

الاشتقاق في اللغة الأمازيغية

آفاق الدراسات اللسانية للأمازيغية

اللهجات الأمازيغية

وقالت الأمازيغية

الريف والمخزن والمصالحة

قناة الجزيرة والأمازيغية

لماذا ليست هناك قنوات فضائية امازيغية؟

المغرب والعالم العربي

صورة الأمازيغية في الإعلام

هل يوجد مغرب عربي؟

صحوة، وبعد

في رد على مقال بالأسبوعية الجديدة

قراءة في المطالب الأمازيغية

خريف السعار

الفنان عمر ن آيت سعيد

أيها الدهر

حكايتي مع جدي الأمازيغية

جمعية أمزيان تشارك في المهرجان الدولي

الاتحاد الوطني لطلبة المغرب

المؤتمر الليبي للأمازيغية

المسابقة الثالثة للمسرح الأمازيغي

جمعية تينهينان لدعم المرأة

تجديد مكتب جمعية بنعمان

تجديد مكتب جمعية إفني

تجديد مكتب جمعية تانوت

 

Promotion de la femme et écotourisme dans le parc national d’Al Hoceima
Par: Mohamed EL BOUCHHATI

D’une superficie de 48 000 ha dont 19 000 maritimes, il abrite des espèces rares comme le balbuzard pêcheur et le phoque moine ainsi que des paysages naturels et culturels d’un intérêt plus que national. Le Parc National d’Al Hoceima est proposé comme aire spécialement protégée d’intérêt méditerranéen (ASPIM), grâce à sa richesse en écosystèmes et en paysages. Un label international décerné spécialement aux airs protégées et remarquables de la Méditerranée.
De par son importance, ce parc figure dans les centres d’intérêt de la Banque Mondiale, et parmi les projets du GEF…etc. Le partenariat avec les autorités concernées vise la mise en place officielle du parc entre autres. Des ONG internationales implantées au Maroc (surtout espagnoles pour le moment) sont également présentes à travers des projets de développement dans le parc en partenariat avec des associations locales.
La partie terrestre du parc correspond presque totalement au terroir de la tribu des Bokkoya (Ibaqqouyen). Elle est donc habitée. Et du coup, les projets sont réalisés avec certaines associations de développement locales et financées par des bailleurs de fonds espagnols. Les projets concernent le reboisement (caroubier et olivier), la promotion de la femme par l’alphabétisation et la formation d’une coopérative de broderie, tricotterie et couture. Les potières organisées en coopérative, quant à elles ont bénéficié d’un four moderne. L’apiculture et l’introduction d’une race de lapins espagnole seront suivies par celle de la chèvre valencienne pour former, à moyen terme, une coopérative de production de lait et de fromage de chèvre.
Les projets ne concernent pas seulement les domaines de la femme, l’agropastoral et l’artisanat, mais ils touchent l’écotourisme aussi. Ainsi un bon nombre de jeunes diplômés habitant à l’intérieur du parc ont subi une formation d’accompagnateurs- gîteurs après le financement par la mairie de Madrid d’un sentier rural réalisé par une ONG espagnole (MPDL). Long de quarante km de l’Est à l’Ouest du PNA, Une autre ONG va le continuer pour le compte d’une association locale jusqu’à la région de Jebha où il existe un sentier qui mène au parc de Talasemtane (Province de Chaouen). A l’intérieur du PNA, et sur l’itinéraire du sentier, des gîtes ruraux d’étape vont être financés par la mairie de la ville espagnole Ciudad Real. D’aucuns seront implantés à Adouz, dchar (douar rifain) typique dont les anciennes demeures sont toutes construites en pierres. On parle même d’un promoteur de la ville d’Al Hoceima qui compte créer des gîtes d’étape à Temsamane sur la route Est vers Nador. Ce qui serait une excellente continuation de l’infrastructure d’accueil sur un circuit écotouristique de Chaouen- Al Hoceima- Nador.
Il reste à réaliser une estrade (ou plusieurs) avec une table d’orientation et des jumelles au sein même du parc plus la signalisation sur les sentiers et les cheminements à suivre. Ce qui est déjà le souci des autorités de tutelle et des ONG qui affirment que la réalisation n’est pas loin. Un site web consacré au PNA est en construction. Cela fera le bonheur des amoureux de la nature, des visiteurs du parc et des touristes qui tardent un peu à faire l’arrière pays d’Al Hoceima pourtant très riche en produits de tourisme rural et d’écotourisme. L’association du Rif pour le développement du tourisme rural est créée pour pallier ce retard.
(Mohamed EL BOUCHHATI, Expert en tourisme rural)
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.