uïïun  97, 

smyur  2005

(Mai  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

abrir n "tsrtit" tabarbarit tamaynut

Agerram n umadval

Tafsut n imazighen

Akud n izeggilen

Anzgum n Tamazgha

A tamurt

Français

Les surréalistes et la guerre du Rif

La femme dans la société amazighe

La bêtise de "Zapatero"

Promotion de la femme et écotourisme

La détresse du mont Baddou

4éme congrès du CMA à Nador

العربية

فشل السياسة البربرية الجديدة

الدفاع عن الأمازيغية بين الحق والواجب

الأستاذ بوكوس ودسترة الأمازيغية

الطفل الأمازيغي وصراع الثقافات

المثقف الأمازيغي

الاشتقاق في اللغة الأمازيغية

آفاق الدراسات اللسانية للأمازيغية

اللهجات الأمازيغية

وقالت الأمازيغية

الريف والمخزن والمصالحة

قناة الجزيرة والأمازيغية

لماذا ليست هناك قنوات فضائية امازيغية؟

المغرب والعالم العربي

صورة الأمازيغية في الإعلام

هل يوجد مغرب عربي؟

صحوة، وبعد

في رد على مقال بالأسبوعية الجديدة

قراءة في المطالب الأمازيغية

خريف السعار

الفنان عمر ن آيت سعيد

أيها الدهر

حكايتي مع جدي الأمازيغية

جمعية أمزيان تشارك في المهرجان الدولي

الاتحاد الوطني لطلبة المغرب

المؤتمر الليبي للأمازيغية

المسابقة الثالثة للمسرح الأمازيغي

جمعية تينهينان لدعم المرأة

تجديد مكتب جمعية بنعمان

تجديد مكتب جمعية إفني

تجديد مكتب جمعية تانوت

 

La bêtise de «Zapatero»
Par: Soliman EL BAGHDADI (Nador)

Lors du «sommet arabe» à Alger du 22 Mars 2005, le président du gouvernement Espagnol a été l’invité de la séance inaugurale dudit sommet pour «proposer une initiative de dialogue entre les civilisations», ont indiqué des organes de presse panarabistes, telle la chaîne marocaine 2M. L’allocution de José Luis Rodriguez Zapatero ne contient rien d’autre que l’éloge d’une organisation fantoche dite «ligue arabe», réunissant des régimes non démocratiques et totalitaires sur la base d’une idéologie arabo-islamiste raciste et périmée, faisant encore aujourd’hui la promotion du discours sur les liens de sang.
La présence de Zapatero au sommet de ces généraux issus d’une propagande nationaliste moyenâgeuse est une atteinte à tous les démocrates espagnols, plutôt à toutes les valeurs démocratiques universelles. Néanmoins, cette présence, peut-être, à la rigueur tolérée, si elle transmet une invitation de la dernière chance à ces régimes unis, uniquement, par et pour le rejet de la démocratie, afin qu’ils abolissent l’esclavagisme du nationalisme arabe pseudo-tiermondiste.
A vrais dire, la présence de Zapatero s’inscrit dans le cadre d’un compromis politique qui couvre des intérêts économiques et politiques de part et d’autres. Certes, cela devrait être compréhensif quant aux intérêts politiques et économiques de nos voisins de la péninsule ibérique, si ce n’est sa fameuse affirmation: «L’Afrique du nord est la terre arabe la plus proche de l’Espagne» qui soutient, voire crédibilise le processus idéologique de l’arabisation des autochtones de l’Afrique du nord. Un tel dire excessivement panarabiste contredisait toutes les vérités historiques, géographiques et même linguistiques et allait au contre sens du devenir des deux rives occidentales de la Méditerranée. Il semble que le premier ministre et leader du parti socialiste espagnole a séché des cours d’histoire, plutôt des années d’Histoire. Il mérite des cours de soutien.
Mr. Zapatero, L’Afrique du nord s’appelle ainsi mais se nomme aussi la berbérie ou Tamazgha, pays des berbères, Imazighen qui sont les autochtones de toute l’Afrique du nord, de l’ouest de l’Égypte jusqu’aux îles Canaries.
Il vous faut, cher premier ministre, des séances et des séances de rattrapage car  «la profanation» que vous faites de l’Histoires et «le sacrilège» politique auquel vous vous sacrifiez devant des dictats qui ne cessent de promouvoir un discours qui manifeste la nostalgie coloniale arabe et la péninsule ibérique de «l’Andalousie arabe», une idéologie moribonde du «paradis perdu». D’ailleurs BUTAFLIKA à été trahi par son flaire colonial en commentant votre fameuse allocution.
Les manuels scolaires, les journaux, les chaînes télévisées, les parties politiques,… de ces régimes «arabes» persistent à pleurer et à réclamer «ce firdaws mafquda» comme la France qui revendiquait «l’Algérie française» ou l’Espagne franquiste qui parlait du Rif espagnol.
Monsieur Zapatero est peut-être amnésique, il semble avoir oublié la déportation de milliers de femmes ibériques à l’orient «arabe», à Damas surtout, et réduites à des objets de services sexuels par les Omeyyades, par cette même idéologie dont Zapatero fait l’éloge.
Les amazighs sont renommés dans l’Histoire par leur pacifisme, mais ne sont prêts à faire aucune concession sur leur terre et en échange d’aucun compromis.
Zapatero est-il devenu alors le nouveau et dernier disciple du panarabisme moribond ou ignore-t-il tout simplement l’Histoire et la géographie de ses voisins du sud? Dans les deux cas, l’état du premier ministre espagnol est déplorable car cette insulte à l’égard de tous les Imazighen de l’Afrique du nord ne mérite pas seulement un procès politique mais un procès tout court.
Tudert i Tamazight, Viva la identidad Amazigh.
Soliman EL BAGHDADI, Membre du bureau exécutif du Collectif National Amazigh, Amezday anamur Amazigh

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.