uïïun  99, 

sayur  2005

(Juillet  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

is abïïu n timlilin jar imvnas n usinag d inni n tiniri d amalffus?

Sms n wmsbrid

Ict n tughmest

Asefru n lirkam

Asefru n Yugrtan

Imettvawen n wuccen

Français

De la politique de la langue à la constitutionnalisation

Commençons par le commencement

Le M.A à la croisée des chemins

Communiqué du CMA

Parti Démocratique Amazigh

Félicitations

CMA

العربية

هل توزيع الأدوار بين من يشتغل داخل المعهد وبين من يناضل خارجه ممكن ومعقول؟

تنمية الأمازيغية تبدأ من تنمية الإنسان الأمازيغي

الدفاع عن الأمازيغية بين الواقع والبهتان

الكنغريس الأمازيغي بالناظور والتأويلات الممكنة

تعزية للمغرب العربي

الشعر الأمازيغوفوبي المعاصر بسوس

تكريم الإذاعة لموذروس

الأمازيغية وأسئلة المغرب المعاصر

أطروحات لخطاب أمازيغي جديد

عباس الجراري وهاجس الأمازيغوفوبيا

الزموري الأمازيغي وسخافات العربومانيا

الحركة الأمازيغية ومعوقات الخطاب الديني

موسم قلعة مكونة يتحول إلى موسم لاستفزاز الأمازيغ

لا لمهرجان أمازيغي بالاسم فقط

ضرورة الجهوية لإنصاف الأمازيغية

ويحدثونك عن تحرير المشهد السمعي البصري

تلفزة عربية في بيئة أمازيغية

الاشتقاق في الأمازيغية

أصل الألفاظ

اللغة العبرانية وتدبير اللغات بالمغرب

الريف المنسي وأسئلة المصالحة الهشة

الدورة الثامنة للجامعة الصيفية

حوار مع المسرحي أحمد السمار

حوار مع المناضل مصطفى بنعمرو

حوار مع موشيم أحمد

بيان من السجن المدني

بيان لمجموعة العمل السياسي بليبيا

بيان لجنة تاويزا لدعم سكان تماسينت

بيان مقاطعة للمعهد بالناظور

بيان للحركة الثقافية الأمازيغية بأكادير

بيان للحركة الثقافية الأمازيغية بفاس

لقاء مع المنسحبين من المعهد

جمعية تامزغا تخلد

جمعية المعطلين ـ فرع الحسيمة

جمعية تاماينوت ـ آيت ملول

تعزية

تعزية

 

Congrès Mondial Amazigh:
Maroc: la répression comme seule réponse au désarroi

Depuis le séisme du 24 février 2004 qui a sévèrement frappé la province d’Alhocema dans la région du Rif (nord du Maroc), des centaines de familles, notamment dans les zones rurales, vivent à ce jour, dans le plus grand dénuement, sous des tentes légères non adaptées à la rigueur des conditions climatiques de la montagne, exposées aux intempéries et aux plus dures conditions de vie. Pourtant l’aide humanitaire internationale a été massive et les promesses gouvernementales n’ont pas manqué.
Cette situation d’extrême précarité qui perdure et le sentiment d’abandon qui en a résulté, ont poussé les sinistrés à protester pacifiquement à maintes reprises afin d’exiger des autorités locales et nationales une contribution publique conséquente pour les aider à reconstruire leurs habitations, ce qui allégerait leur calvaire. Mais leurs appels de détresse répétés n’ont trouvé aucun véritable écho auprès des autorités marocaines.
C’est pour rappeler cette pénible réalité et pour interpeller les plus hauts responsables gouvernementaux sur leurs responsabilités et leurs engagements non tenus, que l’association des citoyens de Tamassint, créée pour défendre les intérêts des sinistrés du séisme, a décidé d’une marche populaire prévue pour le 19 mai 2005, de la localité de Tamassint vers la wilaya d’Alhocema (40 km). Mais dès l’annonce de la nouvelle, les forces de l’ordre ont procédé à l’arrestation de trois responsables de cette association (Moatassim El Ghalbzouri, Salim Ghallit et Mohamed Aberkan, âgé de 70 ans) qui seront jugés le 26 mai 2005 par le tribunal de Nador. En même temps, d’importantes forces de police ont été déployées, créant un climat de tension et de peur dans la région.
Devant l’arbitraire de cette incarcération et malgré les intimidations, les citoyens de Tamassint ont maintenu leur initiative de marcher vers Alhocema le 19 mai pour réclamer leurs droits légitimes et exiger la libération de leurs camarades. La marche a démarré avec plus de 10 000 manifestants et après une dizaine de kilomètres, elle fut brutalement stoppée par d’imposantes forces de sécurité qui se sont violemment attaquées aux manifestants, les frappant sauvagement et les poursuivant jusque dans la montagne. Les forces au sol ont été appuyées par des hélicoptères qui ont lancé des bombes lacrymogènes sur la population. Une vingtaine de personnes ont été arrêtées et plusieurs dizaines d’autres ont été blessées, dont des enfants.
Cette répression disproportionnée a rappelé aux populations locales la sinistre période Hassanienne durant laquelle le Rif a connu une des périodes les plus noires de son histoire, faite de crimes, de persécutions et de marginalisation économique et sociale. C’est d’ailleurs ce qui a provoqué il y a quelques jours, le rejet par la population rifaine de la mascarade organisée par l’Instance Equité et Réconciliation (IER) qui consistait à auditionner et à indemniser quelques victimes du régime de Hassan-II, feignant d’oublier que c’est toute la région qui a subi l’exclusion, les violences et les privations pendant un demi siècle.
Le Congrès Mondial Amazigh exprime toute sa sympathie et sa solidarité avec les victimes de l’agression policière de Tamassint et appelle l’ensemble du mouvement amazigh tant au Maroc qu’à l’échelle internationale à manifester d’une manière ou d’une autre, son soutien actif aux populations rifaines meurtries.
Le CMA alerte également les ONG spécialisées dans la défense des droits humains ainsi que les instances compétentes des Nations Unies, particulièrement les organes de surveillance de l’application des conventions et traités internationaux, concernant notamment la lutte contre les arrestations et les détentions arbitraires et la protection des personnes contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Aux côtés des populations et de l’ensemble du mouvement citoyen amazigh de la région du Rif, le CMA exige:
•la libération immédiate et sans conditions de tous les détenus de Tamassint,
•la prise en charge par l'État des blessés de Tamassint,
•l’arrêt de toute forme de répression et d’intimidation,
•le jugement et la sanction exemplaire des gendarmes et policiers, auteurs et responsables de l’agression contre les marcheurs pacifiques de Tamassint,
•la prise en charge totale des revendications légitimes des populations sinistrées,
•la mise en œuvre d'un vaste plan de rattrapage économique de cette région délaissée.
Paris, le 24 mai 2005
Le Bureau du CMA
Congrès Mondial Amazigh
BP 60 – 75861 Paris cedex 18
Web : www.congres-mondial-amazigh.org
Email : congres.mondial.amazigh@wanadoo.fr
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.